Charley Boorman : passages TV

Créez gratuitement votre compte Evernext pour être averti de toutes les actualités de Charley Boorman.

Créer mon compte

Récemment en juillet
 

La forêt d'émeraude

Télévision : 8 juillet à 13:35-15:25 sur Arte

film d'aventures

Bill Markham et sa femme s'installent en Amazonie, où Bill est chargé de diriger la construction d'un grand barrage. Leurs deux enfants les accompagnent. Au cours d'une promenade, le petit Tommy disparaît. Enlevé par les "Invisibles", une tribu d'Indiens, il est adopté et initié par leur chef, Wanadi. Parfaitement intégré, Tommy participe aux tâches quotidiennes. Un jour, alors qu'il cherche des pierres, il se trouve nez à nez avec son père qui n'a jamais renoncé à retrouver sa trace. Celui-ci, poursuivi et blessé par les Indiens d'une autre tribu, les "Féroces", est soigné par les "Invisibles". Bill, qui comprend et respecte le choix de son fils resté auprès des Indiens, retourne en ville. De leur côté, les "Féroces" se procurent des balles pour le fusil-mitrailleur qu'ils ont trouvé... - Critique : Un ingénieur américain avec sa famille en Amazonie. Un jour, son fils de 7 ans disparaît. Dix ans plus tard, les Markham recherchent toujours Tommy. Celui-ci, enlevé par la tribu des « Invisibles », est devenu totalement indien. Mais quand il recueille son vrai père, blessé par une tribu ennemie, il est frappé par ce visage qui ne lui est pas étranger… Succès public, le film ne passe pas pour un grand Boorman. Le scénario n’échappe pas à certaines conventions, et la profondeur initiatique du récit se dilue peu à peu en une sorte de Tarzan écolo carrément banal, à l’image des scènes finales. Mais autant les Occidentaux avilis par l’argent paraissent caricaturaux, soulignant le manichéisme du récit, autant les séquences de nature sont filmées avec une extraordinaire maîtrise. Boorman sait donner à la jungle amazonienne la magie vivante, tangible, de la forêt mythique des récits arthuriens d’Excalibur : c’est là, selon lui, que l’homme peut et doit se ressourcer pour que surgisse le meilleur de lui-même. Message qu’on pourra trouver naïf dans son « rousseauisme » suranné, mais auquel la caméra du réalisateur britannique, attentive et mobile, donne une grâce convaincante.

Année : 1985

Avec : Ariel Coelho, Borges Mario, Charley Boorman, Eduardo Conde, Estee Chandler, Meg Foster, Paes Dira, Peter Marinker, Powers Boothe, William Rodriguez, Yara Vaneau, Átila Iório