Les derniers DVD/Blu-ray et films de Adolphe Menjou

Créez gratuitement votre compte Evernext pour être averti de tous les événements de Adolphe Menjou.

Créer mon compte

mardi 29 août 2017
lundi 30 octobre 2017

film de guerre

1915. Un château où vivent les généraux ; des tranchées boueuses où croupissent les soldats… Symphonie macabre sur le cynisme de certains gradés. Chef-d'œuvre. - Critique : Film de Stanley Kubrick (Paths of Glory, USA, 1957). Scénario : S. Kubrick, Calder Willingham, Jim Thompson, d'après Humphrey Cobb. Images : George Krause. Musique : Gerald Fried. 90 mn. NB. VM. Avec Kirk Douglas : le colonel Dax. Ralph Meeker : le caporal Paris. Adolphe Menjou : le général Broulard. George Macready : le général Mireau. Wayne Morris : le lieutenant Roget. Richard Anderson : le major Saint-Auban. Le genre : film de guerre pacifiste. Le film est célèbre pour avoir été interdit sur les écrans français pendant quinze ans. Des anciens combattants de la Grande Guerre le jugeaient scandaleux et déshonorant. Stanley Kubrick s'inspire pourtant de faits historiques précis : en mars 1915, à la suite d'une attaque ordonnée inconsidérément, le général Delétoile avait fait fusiller des hommes tirés au sort dans la 5e compagnie du 63e régiment pour « couardise face à l'ennemi ». Dans d'autres secteurs, des soldats furent jugés pour refus d'obéissance (refus de tirer sur leurs propres tranchées), et l'on sait que furent réprimées nombre de mutineries provoquées par le cynisme de certains gradés. Incisif, nerveux, expressionniste, mais sans emphase, le film est un inoubliable cri de révolte contre l'absurdité de certains combats. Kubrick s'intéresse moins au réalisme qu'à l'impact explosif de son réquisitoire. Son film ne porte pas atteinte à l'armée française, il exalte même les soldats condamnés aux carnages inutiles. Fasciné par les parties d'échecs meurtrières, le futur auteur de Docteur Folamour dénonce le mécanisme de la guerre et fustige le froid délire cérébral de certains officiers. Il le fait avec audace, fureur, lucidité. Impossible de résister à l'effroyable mécanique de cette symphonie macabre. Nagel Miller

Année : 1957

mardi 6 mars 2018
mercredi 6 juin 2018
mercredi 14 novembre 2018
mercredi 10 juillet 2019
mardi 15 octobre 2019