Alain Bihr : derniers livres

Créez gratuitement votre compte Evernext pour être averti de toutes les actualités de Alain Bihr.

Créer mon compte

Antérieurement en 2020
 

Thomas Piketty Une critique illusoire du capital

Livre/BD : 22 octobre 2020

Est-il encore nécessaire de présenter Thomas Piketty ? Il est l'auteur d'un best-seller mondial, Le ­Capital­ au XXIe siècle et plus récemment de Capital et idéologie, qui lui ont valu d'être invité dans le monde entier. La hardiesse de certaines de ses propositions de taxation des hauts revenus et des grandes fortunes pour étendre le champ de la redistribution en a fait une figure incontournable du débat politique en France comme à l'étranger. Dans ses deux ouvrages, l'auteur entend également jeter les bases d'un "socialisme participatif" présenté comme un dépassement du capitalisme. Le critiquer apparaît donc comme une entreprise aussi difficile que risquée. Plus qu'une attaque, c'est une déconstruction des analyses de Piketty que nous proposent Alain Bihr et Michel Husson. La référence appuyée de Piketty au Capital les surprend puisque l'auteur, oubliant les analyses de l'ouvrage éponyme de Karl Marx, "se contente des apparences" et préfère lier les inégalités sociales à l'idéologie et non aux rapports de production capitalistes qui les fondent et les organisent. Les deux auteurs passent au crible les fondements théoriques du modèle de Piketty et lèvent le voile des apparences que le réformateur fiscal entretient. Ils développent les éléments d'une critique radicale de son approche, tant d'un point de vue historique qu'économique. Partant, Alain Bihr et Michel Husson reviennent à ce qui fonde les inégalités sociales dénoncées, à juste titre, par Piketty et nous éclairent sur le fonctionnement profond et présent du capitalisme. En conclusion, ils discutent de ses propositions de réforme du capitalisme pour révéler l'impasse d'un tel projet.

Editeur : Syllepse (Editions) (Broché)

De : Alain Bihr, Michel Husson

Antérieurement en 2019
 

Le premier âge du capitalisme (1415-1763) Tome 3, ...

Livre/BD : 7 novembre 2019

Concluant sa somme sur le premier âge du capitalisme, Alain Bihr explore dans les deux volumes du troisième tome la constitution d'un premier monde capitaliste. Il en traverse les différents cercles, en partant de son centre et en progressant vers ses marges. Ainsi sont examinées les différentes puissances d'Europe occidentale qui ont été, tour à tour, motrices de l'expansion outre-mer. Saisir les avantages respectifs dont ces puissances ont successivement tiré parti renvoie à leurs relations conflictuelles et aux rapports de force entre les ordres et classes qui les constituent. La Grande-Bretagne, s'appuyant sur les Provinces-Unies et les acquis de sa révolution bourgeoise, finit par en sortir victorieuse, au détriment de la France. L'auteur revient régalement sur le statut semi-périphérique et la forte hétérogénéité des Etats d'Europe baltique, centrale, orientale et méditerranéenne qui, cause et effet à la fois, ne peuvent prendre part à l'expansion européenne. Toutefois, certaines d'entre elles (la Savoie, la Prusse, la Russie) pourront réunir des conditions leur permettant, par la suite, de jouer dans la "? cour des grands ? ". L'ouvrage examine enfin les principales forces sociales marginales, affectées par l'expansion européenne mais encore capables d'y résister et, dès lors, de se développer selon leur logique propre. Ce qui explique à la fois pourquoi le capitalisme n'a pas pu naître dans la Chine des Ming et des Qing, en dépit de ses atouts évidents, et pourquoi, en se fermant, le Japon féodal a au contraire préparé les conditions de son rapide rattrapage capitaliste à l'époque Meiji. Alain Bihr renouvelle et enrichit, grâce aux acquis historiographiques les plus récents, les intuitions et les analyses qui ont jalonné l'histoire du développement capitaliste. La dimension narrative et descriptive n'est pas le moindre atout de ce travail.

Editeur : coédition Syllepse/Page 2 (Coffret)

De : Alain Bihr

Antérieurement en 2019
 

Le premier âge du capitalisme (1415-1763) Tome 2, ...

Livre/BD : 4 avril 2019

Ce deuxième tome de "Le premier âge du capitalisme" est intitulé "La marche en avant de l'Europe occidentale vers le capitalisme". Il analyse méthodiquement les voies et les formes sous et lesquelles se poursuit, du 15e au 18e siècle, la transition de l'Europe occidentale du féodalisme au capitalisme, sous l'impulsion de l'expansion commerciale et coloniale outre-mer dont a traité premier tome, "L'expansion européenne". S'arrêtant notamment sur le déploiement multiforme de la manufacture, les prodromes de l'industrie mécanique, la formation des premiers marchés proprement capitalistes, la mise en oeuvre des politiques mercantilistes, mais loin de s'en tenir aux seuls aspects économiques de ce processus pluriséculaire, il en scrute tout aussi bien les facettes sociales, politiques et culturelles. Il comprend donc des développements consacrés : à la transition d'une société d'ordres à une société de classes ; à la formation d'un nouveau type d'Etat, dont la monarchie absolue est le principal mais non pas le seul avatar ; à ces révolutions culturelles majeures qu'ont été la Réforme, la Renaissance et les Lumières ; enfin à l'émergence d'un nouveau type d'individualité cultivant son autonomie, appelé à un bel avenir dans les âges ultérieurs du capitalisme.

Editeur : coédition Syllepse/Page 2 (Broché)

De : Alain Bihr

Antérieurement en 2018
 

Le premier âge du capitalisme (1415-1763) Tome 1, ...

Livre/BD : 6 septembre 2018

Editeur : Syllepse (Editions)

De : Alain Bihr

Antérieurement en 2018
 

La peste brune

Livre/BD : 30 avril 2018

Editeur : Spartacus

De : Daniel Guérin, Alain Bihr

Antérieurement en 2017
 

La novlangue néoliberale

Livre/BD : 11 mai 2017

Editeur : Syllepse (Editions)

De : Alain Bihr

Antérieurement en 2017
 

La novlangue néolibérale La rhétorique du ...

Livre/BD : 4 mai 2017

"Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres et à donner l'apparence de la solidité à ce qui n'est que du vent." La lucidité critique dont Eric Arthur Blair, alias George Orwell, a fait preuve dans cette sentence n'est pas surprenante de la part de l'auteur d'Hommage à la Catalogne, de La ferme des animaux et de 1984. Visant en général tous ceux et celles qui gouvernent ou aspirent à gouverner les hommes, elle s'applique tout particulièrement, mot à mot, au discours néolibéral que pratiquent, depuis plusieurs décennies, l'immense majorité des chefs d'Etat et de gouvernement mais aussi le commun des chefs d'entreprise, sans oublier les journalistes qui leur servent de faire-valoir et de courtisans ou les universitaires qui leur apportent leur caution académique. Opérant comme une idéologie justifiant les politiques néolibérales qui, à coups de déréglementation des marchés et de libéralisation des échanges, cherchent à asseoir la domination universelle du capital, synonyme d'exploitation aggravée du travail et de dégradation continue de la nature, ce discours constitue un nouvel avatar de cette perversion discursive pour laquelle Orwell a créé dans 1984 le néologisme de novlangue. En renouant avec la critique marxienne du fétichisme économique, dont la fécondité théorique est ici une nouvelle fois illustrée, il est possible de mettre en évidence l'essence religieuse de ce discours qui n'hésite pas à proposer d'immenses sacrifices humains pour assurer la survie de la marchandise, de l'argent, du capital, du marché, de l'Etat, de la propriété privée, etc. Cette nouvelle édition de La novlangue néolibérale tient compte du renouvellement du discours néolibéral depuis la crise financière de 2007-2009, qui a ébranlé momentanément son crédit. Cet ouvrage actualisé s'interroge donc de même sur les mécanismes de son étonnante résilience.

Editeur : Syllepse (Editions)

De : Alain Bihr